Qu’est-ce que la communication audiovisuelle ?

Publiée le 12 mars 2023

La communication audiovisuelle est une discipline de l’information qui fait intervenir des supports multimédias en vue de transmettre un message au public. Très inclusive, efficace et attractive, comment la définir pour savoir bien s’orienter dans la filière et y faire carrière ? 

Visuel - communication audiovisuelle

Communication audiovisuelle : une discipline technique 

La communication audiovisuelle concerne toutes les communications des services de radio ou de télévision (chaînes TNT au même titre que web TV). Elle concerne donc les films, les programmes télé, les vidéos, les posts sur les réseaux sociaux, etc. 

Les avantages de la communication audiovisuelle, c’est sa capacité à assurer la transmission efficace de l’information, tout en restant attrayante et ludique. Elle peut présenter des aides à l’écran afin de favoriser la compréhension du sujet : déficience auditive et traducteur en langue des signes, graphismes et aides visuelles pour étayer le discours du présentateur, etc. 

Puisqu’elle couvre de très nombreux moyens d’entrer en contact avec le public, la communication audiovisuelle se caractérise par l’hétérogénéité de ses productions. Elle prend appui sur une très grande gamme d’équipements et fait intervenir une pluralité de métiers techniques. Elle s’entend en effet comme une discipline pratique, en ce qu’elle implique le travail des éclairagistes ou des ingénieurs son pour produire ses supports. 

 

Comment faire de la communication audiovisuelle ? 

En pratique, la communication audiovisuelle est une discipline qui est présente dans plusieurs secteurs d’activité et très utilisée par les entreprises pour leur promotion. À ce titre, le format des productions de la communication audiovisuelle varie en fonction des commanditaires, de leur identité audiovisuelle, des objectifs stratégiques d’un projet ou encore des tendances du moment. Une même entreprise peut avoir besoin d’alimenter une chaîne YouTube, au même titre que produire un spot TV, voire même, de produire un podcast régulier. 

Un support très représentatif de la communication audiovisuelle contemporaine, c’est la vidéo animée. Elle peut présenter l’entreprise ou consister en un court-métrage à propos du lancement d’un produit. Les professionnels utilisent également le sound design afin d’élaborer un fichier audio, un jingle ou un générique unique et original qui a pour fonction de représenter auditivement une entreprise. Cet élément sonore sera ensuite utilisé dans toutes les déclinaisons de la communication audiovisuelle de l’entreprise, devenant un outil de reconnaissance et de mémorisation pour le public. 

Les entreprises qui utilisent la communication audiovisuelle sont à la recherche de contenus de qualité, le niveau qualitatif de leurs campagnes de promotion est un reflet de leur propre professionnalisme. Pour obtenir de bons supports, elles font appel aux sociétés de production ou aux agences spécialisées. Ces structures emploient des techniciens de l’audiovisuel formés et aguerris, capables de contribuer à la production de supports de promotion de haut niveau. 

Le premier diplôme à obtenir pour travailler dans le secteur, c’est le BTS Métiers de l’Audiovisuel. Ce diplôme d’État comprend un socle fondamental de compétences et quatre grandes branches de spécialisation : son, image, gestion de production et montage. L’ISApropose à ses étudiants un parcours de préparation aux examens qui bénéficie d’une pédagogie d’exception et de nombreux stages en alternance. À l’obtention de leur diplôme, les étudiants peuvent immédiatement exercer comme monteur, ingénieur du son ou encore étalonneur. 

La communication visuelle consiste en une filière dynamique et qui recrute massivement afin de produire des messages de qualité : plus inclusifs, personnalisés et basés sur le travail des techniciens professionnels.

Comment devenir monteur vidéo ?

Publiée le 31 juillet 2023

Le montage vidéo est devenu une étape incontournable pour tous les types de productions audiovisuelles : films de cinéma, dessins animés ou encore émissions de TV. Intégralement numérisé, il s’agit d’un processus hautement technique qui requiert plusieurs années de formation et de pratique pour être pleinement maîtrisé. Alors, en quoi consistent les missions du monteur vidéo, quelles sont ses compétences et comment le devenir à son tour ? 

Visuel - monteur vidéo

Devenir monteur vidéo : à quoi s’attendre ? 

Le montage vidéo est une étape de la post-production des films et des animés absolument indispensable pour organiser les séquences de l’œuvre et proposer une narration suivie et fluide. Il s’opère aujourd’hui sur des logiciels professionnels en collaboration avec les équipes de la réalisation, et c’est le monteur vidéo qui s’en charge.

En pratique, le monteur vidéo étudie les rushes du tournage et les compare au script qui lui a été fourni par les équipes de réalisation. Il redécoupe les séquences, agence les plans et synchronise les images en respectant les demandes du réalisateur en se basant sur le script de l’œuvre.

Le script présente le scénario de l’œuvre en y ajoutant des détails pratiques. Les rushes, quant à eux, sont toutes les images enregistrées durant le tournage : scènes coupées, erreurs, séquences à conserver, etc. Son rôle est de visionner tout ce qui a été tourné et de sélectionner les meilleures prises dans le respect de la vision du réalisateur.

Il opère donc le dérushage du film en important dans son logiciel de montage l’intégralité des enregistrements qui lui parviennent des équipes de tournage (effets spéciaux et images de synthèse compris). Puis, le monteur vidéo assemble ces enregistrements sur sa timeline en vue d’obtenir une narration fluide, agréable et compréhensible pour le public.

S’il travaille sur des projets web, notamment, il peut tout à fait lui être demandé d’incruster des textes de présentation ou de créer et d’intégrer des transitions originales. 

Zoom sur les qualités du monteur vidéo 

Pour devenir monteur vidéo, il faut faire preuve d’une grande créativité. Véritable passionné de l’audiovisuel, c’est un professionnel qui fait preuve d’une grande culture du secteur et d’une vision artistique de l’industrie. Il comprend ainsi aisément les références des réalisateurs, ce qui lui permet d’être plus performant dans son travail.

Outre ses compétences et sa maîtrise des logiciels de montage, c’est un collaborateur capable de travailler vite et de s’adapter aux contraintes de la production. Surtout s’il travaille pour la télévision, il se peut qu’il soit soumis à des impératifs de timing difficiles à respecter et parfois stressants. Il adopte une vision raisonnée de l’industrie audiovisuelle et comprend les enjeux et les contraintes du projet sur lequel il travaille.

Il peut donc proposer des avis techniques dès les étapes d’élaboration d’une œuvre et renseigner les équipes de création sur la faisabilité de leur projet. 

Comment le monteur vidéo exerce son métier ? 

Le monteur vidéo travaille seul ou en équipe. S’il intervient sur un projet de cinéma de grande ampleur, il s’attachera à effectuer le montage d’une portion de l’œuvre, d’autres monteurs vidéo opérant sur d’autres parties. Il doit aussi pouvoir collaborer avec les techniciens de l’audiovisuel et de la post-production. Par exemple, il est susceptible d’indiquer à l’étalonneur des séquences qui doivent être retouchées et / ou doit constamment rester en contact avec la Réalisation afin de s’assurer que ses choix lui conviennent.

Il peut aussi exercer pour les chaînes de TV ou directement en ligne. Dans ce cas de figure, il peut être en charge d’habiller les images, de les traiter numériquement et d’incruster les effets spéciaux.

En début de carrière, le monteur vidéo peut obtenir une rétribution de 28 000 euros annuels bruts. Ce chiffre varie en fonction de la structure qui l’emploie, de son expérience, mais aussi des projets sur lesquels il intervient. S’il travaille pour la télévision, il est généralement rétribué à la journée et adopte le statut d’intermittent du spectacle.

De nombreux et bons monteurs vidéo exercent cependant au sein d’agences de production et pour le cinéma. Bien que les places soient bien plus rares, exercer comme monteur vidéo pour l’industrie cinématographique permet d’obtenir un salaire de près de 4500 euros nets mensuels en tant que chef monteur. 

Visuel - monteur vidéo

Devenir monteur vidéo : la voie royale 

Pour devenir monteur vidéo, il est vivement conseillé d’obtenir le BTS Métiers de l’Audiovisuel. À l’obtention du diplôme, on peut choisir de s’intégrer directement sur le marché du travail ou de suivre une année de Bachelor Image / Montage en vue de parfaire ses compétences.

Le BTS Audiovisuel se déroule en deux ans et permet de se constituer une solide base de compétences fondamentales. Il s’organise autour d’un tronc commun et de quatre grandes options. La spécialisation montage permet de travailler des compétences opérationnelles dès la première année de formation : dérushage, synchronisation des images, bases de l’étalonnage, etc.

C’est également une formation préconisée en raison de son approche pratique du montage vidéo, elle permet d’immédiatement prendre en main les logiciels professionnels de montage : AVID, Adobe Premiere Pro ou encore Final Cut. Avec une bonne formation, on doit d’ailleurs pouvoir développer une base de compétences dans la création et l’incrustation d’effets spéciaux, sous AfterEffect notamment.

Attention, le BTS Métiers Audiovisuel option montage doit également garantir aux étudiants de savoir intervenir sur le matériel de pointe de l’audiovisuel, dans le cas du monteur vidéo, des tables de montage. À ce titre, le programme doit comprendre des modules d’enseignement de maintenance du matériel et de découverte des équipements.

Grâce à l’accompagnement premium de l’ISA, les étudiants au BTS Métiers de l’Audiovisuel option montage peuvent devenir monteurs vidéo en quelques années et s’assurent de trouver un emploi à l’obtention de leur diplôme.

Pouvoir apprendre sur du matériel professionnel est une condition indispensable pour une bonne formation en audiovisuel. Cela explique que les BTS Audiovisuel recherchés par les recruteurs du secteur soient majoritairement ceux proposés par les écoles spécialisées. Ces établissements peuvent proposer des conditions d’apprentissage optimales : locaux neufs, équipements de l’audiovisuel dernier cri, studios de tournage, etc. 

Nouveauté 2024-2025 : le Mastère Production et Réalisation audiovisuelle

Publiée le 28 décembre 2023

Pousser ses études d’audiovisuel jusqu’au Bac+5, c’est désormais possible à l’ISA. Pour la rentrée 2024-2025, l’école proposera désormais un Mastère Production et Réalisation audiovisuelle pour permettre aux étudiants de perfectionner leur formation. Les candidatures sont ouvertes à tous les titulaires d’une licence, d’un diplôme de niveau 6 ou équivalent, issus d’une formation audiovisuelle qui comportait énormément de mise en pratique.

visuel-mastere-production-audiovisuel

PERFECTIONNER SON APPRENTISSAGE À L’ISA

Après un BTS ou un Bachelor, certains étudiants peuvent vouloir continuer de perfectionner leurs acquis et/ou s’ouvrir à de nouveaux horizons d’enseignement. Après tout, dans un monde aussi mouvent que l’audiovisuel, on ne finit jamais vraiment d’apprendre. De nouvelles technologies d’IA gagnent leur place dans le secteur, de nouvelles façons de réaliser se mettent en place, de nouveaux équipements – toujours plus sophistiqués et techniques – débarquent chaque année… Avant de se lancer dans le monde du travail, il vaut mieux être bien préparé. Deux années supplémentaires de théorie et de pratique ne peuvent pas faire de mal.

Le Mastère Production et Réalisation audiovisuelle, c’est un titre de niveau 6 reconnu par l’État est enregistré au Répertoire National de Certifications Professionnelles (RNCP) sous l’intitulé : Chef de projet audiovisuel.

 

UNE FORMATION EN ALTERNANCE

L’alternance est dans l’ADN de l’ISA. Toutes ses formations se déroulent sous cette modalité. Il en va donc de même avec le Mastère Production et Réalisation audiovisuelle (1 jour à l’école, 4 jours en entreprise). La raison ? Elle est un atout très précieux au moment de l’insertion professionnelle. L’alternance garantit non seulement à l’employeur que l’étudiant est sérieux et sait s’adapter à la vie professionnelle, qu’il sait gérer un emploi du temps chargé, qu’il est autonome et fait preuve de maturité.

Avant même d’intégrer un CDI, une formation en alternance comporte de nombreux atouts : un carnet d’adresses fiable, une scolarité payée par l’État, un salaire pour vivre en autonomie, une première expérimentation de la vie en entreprise qui alimente aussi bien l’expérience personnelle de l’étudiant que son CV. Ces avantages, l’ISA les a très bien compris.

C’est pour cela que l’alternance est pleinement intégrée dans ses programmes de formation. En plus des périodes en entreprise, les étudiants suivent de sérieux cours théoriques ainsi qu’un grand nombre de mise en situation pratique: tournage, mise en place de plateaux télévisés, … Les travaux réalisés en cours doivent être d’une qualité professionnelle et aptes à être diffusés : le challenge s’intensifie chaque année.

 

MASTÈRE 1 : PRODUIRE ET RÉALISER POUR LA TÉLÉVISION

La première année du Mastère Production et Réalisation audiovisuelle, comme la seconde d’ailleurs, se compose de trois trimestres et de 6 semaines de séminaire pratiques. Le premier trimestre est axé sur l’organisation d’un tournage avec des cours comme l’initiation au panorama des médias, à la direction de production, la production exécutive, la production déléguée, et le droit audiovisuel.

Le deuxième trimestre s’oriente vers la production de contenus audiovisuels. Là encore, la direction de production reste au programme mais elle est agrémentée de cours d’anglais professionnel et de cours de financement (CNC, aides régionales, constitution de dossier pour aide au financement…).

Troisième trimestre, il est temps d’apprendre à diffuser son contenu audiovisuel pour la télévision. Les étudiants apprennent à mettre en place des stratégies de programmation pour les chaînes télévisées, des stratégies de marketing et de communication digitale et suivent des cours d’introduction au marché de la publicité.

Tous ces cours théoriques sont rythmés de projets et, surtout, de six semaines de séminaires pratiques.

  • Initiation au tournage
  • Initiation au montage
  • Production et réalisation d’un reportage (2 semaines)
  • Production et réalisation d’une émission pour la télévision

 

MASTÈRE 2 : PRODUIRE ET RÉALISER POUR LES PLATEFORMES ET LES NOUVEAUX MÉDIAS

Là encore, les trimestres sont ponctués de six semaines de séminaires. Les étudiants disposent de deux semaines par séminaire, à savoir : production et réalisation de contenus pour les nouveaux médias, production et réalisation d’une série documentaire pour plateforme, post-production (étalonnage et PAD).
Pour ce qui est des cours théoriques, les étudiants suivront différents cours qui les prépareront à intégrer sereinement le monde professionnel à plein temps :

  • Direction de production pour les nouveaux médias
  • Management des équipes pour mener à bien des productions audiovisuelles
  • Communication (acquérir une vision à 360°)
  • Écriture d’une série documentaire pour une plateforme audiovisuelle
  • Direction de la production pour une plateforme audiovisuelle
  • Achat et distribution de programmes
  • Étude des audiences
  • Direction artistique
  • Étalonnage
  • Livraison d’un PAD (un prêt à diffuser)

 

SUR QUOI DÉBOUCHE LE MASTÈRE PRODUCTION ET RÉALISATION AUDIOVISUELLE ?

Après un Mastère Production et Réalisation audiovisuelle, les étudiants diplômés pourront intégrer une large gamme de postes dans le milieu de la télévision, des plateformes audiovisuelles et des nouveaux médias :

  • Régisseur
  • Assistant de production
  • Chargé de Production
  • Directeur de production
  • Producteur
  • Producteur exécutif
  • Distributeur de programmes
  • Directeur artistique
  • Responsable communication
  • Responsable des programmes

 

COMMENT CANDIDATER ?

Afin d’intégrer le Mastère Production et Réalisation audiovisuelle de l’ISA, il vous faudra passer un concours en plusieurs étapes.

  1. Dépôt du dossier de candidature
  2. Réalisation d’une vidéo de présentation créative (qui donne une idée de votre personnalité et de vos ambitions professionnelles, un peu comme un CV vidéo)
  3. Vous devrez répondre à un QCM de culture audiovisuelle et d’anglais
  4. Présentation d’un dossier qui retrace votre parcours scolaire et artistique, ainsi que votre vision du secteur audiovisuel
  5. Entretien oral de motivation avec un professionnel du secteur
  6. Le service des admissions vous contacte pour débriefer les étapes du concours, et vous annonce si votre candidature est retenue, ou non, 5 à 10 jours après la dernière épreuve.

Industrie de l’audiovisuel : le parcours de Sébastien Drouin

Publiée le 9 mars 2023

L’ISA forme ses étudiants avec des professionnels de l’audiovisuel et du son. Encore mieux, chaque mois, l’ISA organise des soirées rencontres et découverte du parcours d’un professionnel de l’industrie cinématographique. Des contacts à saisir pour une alternance, des expériences à noter, un moment de partage : ce sont les masterclass ISA.

 

Visuel - masterclass Sébastien Drouin

 
L’invité du jour 

C’est tous les mois le même schéma. Des affiches apparaissent sur les murs du campus, et, sur elles, l’identité du prochain invité. Des horaires, un visage, un nom et un lieu : c’est tout ce qu’il faut pour lancer une nouvelle masterclass. A chaque rencontre son décors sur le grand plateau du campus : canapés, rangées de chaises, spot-lights, néons et projecteurs, plus quelques éléments propres à l’univers de l’invité du jour (une affiche de film, un clap de tournage, un micro, une perche…). Des ingénieurs du son, des réalisateurs, des scénaristes, des techniciens de tournage, des acteurs, ils sont tous passés à l’ISA pour des rencontres exceptionnelles. Ils sont là pour présenter leur métier, ouvrir la voie aux étudiants qui ne sont rien d’autre que leurs collaborateurs de demain. 

Les masterclass donc, parfaites occasions de se pencher sur des parcours professionnels bien spécifiques, issus de tous les corps de métiers qui s’apprêtent à entourer les étudiants de l’ISA dans leur vie active. En effet, dans le monde de l’audiovisuel, toutes les branches de l’industrie sont amenées à collaborer entre elles pour rendre un projet : le montage, l’image, le son et la gestion de production. Outre les avantages professionnels, tels que la prise de contact avec des personnalités reconnues dans le milieu, ces masterclass sont également une façon de rassembler un groupe de passionnés pour partager un moment de discussion autour de logiciels de montage, des meilleures caméras ou des micros les plus performants. 

Pour l’instant la liste des visiteurs comporte entre-autre les noms de : Jamel Debbouze (humouriste et réalisateur), Vincent Mathias (chef opérateur et directeur de la photographie), Justine Vivien (créatrice de costumes), Laurent Poirier (chef opérateur son), Jean-Pierre Jeunet (réalisateur et scénariste), Aline Bonetto, (cheffe décoratrice), Patrice Leconte (réalisateur et scénariste), Paul Lainé (chef opérateur son et mixeur), André Dussollier (acteur), Léa Drucker (actrice), et Anne Le Ny (actrice, scénariste et réalisatrice). On peut désormais y ajouter : Sébastien Drouin, superviseur VFX, entre autres. 

 

Qui est Sébastien Drouin ? 

Superviseur VFX renommé dans le monde du cinéma, Sébastien Drouin est également scénariste et réalisateur. Ce soir, il est avant tout un invité de l’ISA : il est prêt à raconter son parcours et résolu à partager sa passion pour l’animation 3D, les effets spéciaux et le cinéma. Il a travaillé sur de nombreux films et même quelques séries comme : Cold Meat, Pièces détachées, Fearless – Saison 1, Daddy Cool, et Pop Redemption. 

Pour chacun de ses projets, Sébastien Drouin fait bien souvent équipe avec des réalisateurs, des producteurs et des équipes de production pour créer les effets visuels les plus immersifs et qui collent parfaitement à l’univers des films et séries sur lesquelles il travaille. Il doit superviser les équipes VFX (les équipes d’effets spéciaux), s’assurer que les délais, ainsi que les budgets, sont bien respectés. Pourtant, en 2007, il devient lauréat du Festival International du film d’aventures de Valenciennes (la 18e édition) et remporte même la mention du jury pour un court-métrage qu’il a lui-même réalisé : Pièces Détachées. 

Il enchaîne anecdotes sur anecdotes, rencontres et hasard de la vie, le tout mêlé dans un parcours de quasi autodidacte. Lorsqu’il était à la fac, et qu’il a voulu apprendre l’animation 3D avec un ami, personne n’a pu le lui enseigner. Parce qu’à l’époque, ce n’était pas une pratique courante enseignée en école supérieure, même celles spécialisées dans le cinéma. Il confie également aux oreilles des étudiants ces découvertes de cinéphile : ses productions préférées, celles qui l’ont inspiré en tant que réalisateur mais aussi en tant que superviseur VFX (comme la première version de Tron). Il ne manque pas de questionner sur la prise de position de l’intelligence artificielle dans l’industrie audiovisuelle mais aussi cinématographique : est-ce qu’ils vont, lui et les étudiants, être remplacés par une machine ? Ou au contraire, est-ce que ces technologies peuvent assurer le renouveau de ces deux industries ? 

Cinéma et production audiovisuelle : points communs et différences 

Mais alors, pourquoi des étudiants de production audiovisuelle assistent à une masterclass cinéma ? Car ces deux industries travaillent main dans la main, au quotidien. En effet, la production audiovisuelle est l’industrie de la conception et de la réalisation dœuvres audiovisuelles. C’est-à-dire les vidéos (commerciales, de communication ou autre), les émissions de télévision mais également les films. L’industrie audiovisuelle est assurée par des sociétés de production, ou des maisons de production. 

Ainsi, rien de plus normal que d’apprendre à connaître le fonctionnement d’un milieu confrère. Cela ne peut que faciliter l’insertion professionnelle des étudiants de l’ISA, offrant un vrai plus à une formation qui les plonge déjà une semaine sur deux dans le monde de l’entreprise grâce à un cursus de deux ans en alternance. 

D’ailleurs, à l’issue de cette formation, les étudiants peuvent être amenés à travailler à la plupart des postes présentés en masterclass comme : assistant de production, chargé de production, adjoint de chef d’atelier de production, responsable de plannings, régisseur, assistant opérateur, chef opérateur lumière, directeur de la photo, régisseur lumière, opérateurs spécifiques de l’image (steadycam, grues, paramétrage automates), monteur, monteur truquiste, infographiste, étalonneur, opérateur de prise de sons, mixeur antenne, monteur son, habillage sonore, assistant studio, sonorisateur et régisseur son.

Animateur radio-télé : études et fiche métier

Publiée le 17 juillet 2023

Star du PAF, l’animateur de radio-télé occupe une place centrale dans la programmation audiovisuelle française, certains sont même de véritables stars. C’est un professionnel qui connaît très bien les enjeux économiques de l’audiovisuel, le public de son show, sa discipline de spécialisation et les contraintes techniques de la création d’une émission de TV ou de radio. Qui est-il et comment devenir à son tour animateur radio-télé dès l’issue de sa formation ? 

Visuel - animateur tv radio

Animateur radio-télé : les missions 

Le métier d’animateur radio-télé se caractérise par trois principales missions : la conception, l’animation d’émission, et le développement de son produit.

Très concrètement, c’est l’animateur radio-télé qui est face à la caméra ou au micro au moment du lancement de son émission. Il divertit, informe ou alerte le public. Selon le type de show qu’il anime, il faut aussi qu’il interagisse avec les invités.

Par exemple, dans le cadre d’une émission de variétés musicales, c’est à lui de présenter les artistes, d’en faire une petite interview et de les relancer pour dynamiser sa présentation. S’il intervient dans le cadre d’une émission politique, son rôle se rapproche de celui du journaliste : questionnements, confrontation, explications au public de l’historique et du sujet, etc. 

En charge du succès de son émission, l’animateur doit proposer un contenu sans cesse actualisé et attractif. Il doit être en mesure de prévoir tous les problèmes qui pourraient survenir au cours de son émission et de se préparer à chaque intervention. Ses recherches doivent également permettre de développer l’audience de son émission.

En somme, les missions de l’animateur en radio-télé dépassent de loin sa simple intervention devant la caméra ou le micro. Selon les conditions dans lesquelles il travaille, il peut être attendu de lui qu’il :

  • Sélectionne les sujets à traiter en lien avec le thème de son émission, l’actualité de son secteur ou les demandes de la rédaction.
  • Se documente sur la thématique, contacte les invités, effectue un travail de recherche et d’enquête.
  • Rédige les documents de travail (interviews, présentations, transitions) en y apportant des informations pratiques à destination des techniciens de l’audiovisuel. 

Quelles sont les compétences de l’animateur radio-télé ? 

Quel que soit le type d’émission qu’il anime, le professionnel doit faire preuve d’une excellente diction, d’un caractère enjoué ou sérieux en fonction de son show et d’une fine connaissance de l’audiovisuel. Bien qu’il soit mis sous le feu des projecteurs, l’animateur radio-télé n’est pas le seul à travailler sur son émission. Il attend le signal des équipes techniques pour commencer son discours, doit respecter les marquages lumière au sol ou respecter les temps d’attentes nécessaires aux autres corps de métiers qui interviennent sur son show.

L’animateur radio-télé travaille bien en amont de l’émission qu’il dirige. Par exemple, avant la prise d’antenne, il se concerte avec ses collaborateurs afin de définir le sujet du jour, la ligne éditoriale, l’ordre de passage des invités et les intermèdes qui rythment son show. Il peut aussi procéder à plusieurs tests et répétitions en plateau en vue de peaufiner les derniers détails et de vérifier tous les rouages de son émission en direct.

Plus personnellement, l’animateur radio-télé présente un profil affable. Il possède une voix attractive et la travaille au quotidien afin d’obtenir l’élocution et le ton qui correspondent à son segment d’exercice (divertissement, jeu TV, émission culturelle, etc). C’est également une personne qui gère le stress, sait intervenir rapidement et s’adapter aux contraintes du direct. Répartie, sens de l’humour et fine connaissance de son secteur d’expertise sont donc des compétences requises de la part de l’animateur radio-télé.

L’animateur radio-télé est un expert de l’audiovisuel. Il connaît parfaitement les sondages d’audimat et tient un œil constant sur ses résultats. Il connaît également sa concurrence et sait analyser les chiffres de son secteur : timing de passage, durée des autres shows, partenariats publicitaires, etc. À ce titre, il entretient consciencieusement son carnet d’adresses professionnelles en vue d’obtenir les meilleurs contrats de sponsoring, faire venir des invités en vogue ou proposer de nouvelles évolutions de son émission.

Attention, il est demandé à l’animateur radio-télé de savoir travailler selon les contraintes du secteur de l’audiovisuel : pression des délais, plannings irréguliers, horaires de travail spécifiques, missions le week-end et jours fériés, etc. Généralement, l’animateur radio-télé a le statut d’intermittent du spectacle, bien que les plus connus soient employés par de grandes chaînes de TV ou des stations de radio. 

Visuel - animateur tv radio

Animateur radio-télé : les études à suivre pour faire carrière 

Le secteur des médias est difficile d’accès. Il y a peu de place pour les nouveaux animateurs et les programmes à l’antenne peuvent changer très vite en fonction des attentes du public et des résultats d’audimat. Les rédactions doivent cependant constamment innover et on peut compter sur l’essor des web TV et web radio pour créer de nouvelles opportunités d’emploi. Les podcasts et leur colossal développement sont aussi une niche d’emploi pour les animateurs radio-TV qui souhaitent développer leur propre projet librement.

Il faut présenter un profil professionnel attractif et pour y parvenir, il est conseillé de suivre une formation dans l’audiovisuel. Le secteur est caractérisé par la pratique, il faut donc privilégier des formations en alternance qui permettent de développer des savoir-être et des savoir-faire aux côtés des professionnels.

Dans l’audiovisuel, il existe le BTS Métiers de l’Audiovisuel, qui est un diplôme d’État permettant d’immédiatement trouver un emploi. On peut suivre une formation de préparation aux tests dans des écoles spécialisées qui offrent un entraînement via la modalité de l’alternance, notamment.

Attention, pour devenir animateur radio-télé, rien ne remplace l’expérience. Il est donc vivement conseillé aux étudiants désireux de faire carrière d’intégrer rapidement le secteur de l’audiovisuel : chargé de production, producteur, régisseur, etc.

Les étudiants de l’ISA ont l’opportunité de suivre leur BTS Métiers de l’Audiovisuel selon la modalité de l’apprentissage en alternance. Ils peuvent à l’issue de leur formation travailler en collaboration avec les animateurs radio télé et contribuer à la création d’émissions de qualité.

Le salaire de l’animateur radio-télé dépend de l’entreprise qui l’emploie. La moyenne se situe aux alentours des 25 000 euros annuels bruts. Cependant, la rétribution des grandes stars du PAF est beaucoup plus élevée.

L’évolution des femmes dans l’industrie audiovisuelle

Publiée le 4 janvier 2024

Durant ces dernières décennies, l’industrie audiovisuelle a connu une évolution spectaculaire. Des premiers films muets aux blockbusters d’aujourd’hui, cette évolution a été marquée par des avancées technologiques majeures avec des changements culturels et sociaux. L’École des Métiers de l’Audiovisuel en alternance vous présente de manière chronologique, l’évolution de la place des femmes dans l’industrie audiovisuelle.

 

LES DÉBUTS DE L’INDUSTRIE CINÉMATOGRAPHIQUE

Au début du XXe siècle, au tout début de l’industrie cinématographique, les femmes étaient présentes en tant qu’actrices, scénaristes et réalisatrices. L’une des premières réalisatrices de l’histoire du cinéma fut Alice Guy-Blaché, qui a permis une représentation plus vaste dans le secteur a été rendue possible. Elle participe également aux premiers essais de ce qui deviendra le cinéma parlant et supervise une centaine de «phonoscènes» avec le fameux Chronophone de Léon Gaumont mis au point par Georges Demenÿ.

 

LES DÉCENNIES DE L’APRÈS-GUERRE

Durant les années 1950 et 1960, l’industrie a connu une évolution spectaculaire, avec l’arrivée de la télévision et l’expansion des studios hollywoodiens. De nombreuses actrices sont devenues des icônes du cinéma. Des figures telles qu’Audrey Hepburn, Ingrid Bergman, Katharine Hepburn et Marilyn Monroe ont contribué à façonner la culture cinématographique des années d’après-guerre.

 

LES ANNÉES 70 ET SES FILMS PHARES

Les années 70 ont également vu la montée de films mettant en vedette des personnages féminins forts et complexes. Par exemple, « Alice Doesn’t Live Here Anymore » (1974), réalisé par Martin Scorsese et mettant en vedette Ellen Burstyn, a suivi le voyage d’une mère célibataire cherchant son indépendance. « Annie Hall » (1977), réalisé par Woody Allen, a présenté un personnage féminin non conventionnel incarné par Diane Keaton.

 

L’ÈRE NUMÉRIQUE ET LA DIVERSIFICATION DES RÔLES

L’avènement de la technologie numérique a ouvert de nouvelles possibilités dans l’industrie audiovisuelle. Les femmes ont réussi à se hisser à des postes clés dans les domaines de la production, de la réalisation ou encore de la post-production. Kathleen Kennedy est la principale productrice des films et séries de l’univers Star Wars après le rachat par Disney. D‘autres femmes suivent l’exemple en fondant leurs propres sociétés de production et ont été reconnues pour leur expertise dans des domaines plus techniques.

 

LES FEMMES AUJOURD’HUI ET L’AVENIR DE L’INDUSTRIE

La proportion de films réalisés exclusivement par des femmes témoigne d’une évolution constante. Selon la CNC, si elle se stabilise en 2021 à 26 %, il faut rappeler qu’au début des années 80, les films réalisés par des femmes représentaient moins de 10 % de l’ensemble des films d’initiative française agréés.

Retenons aussi l’année 1993 avec Jane Campion, la première femme à obtenir une Palme d’Or au Festival de Cannes pour son film La leçon de piano. Toujours selon la CNC, 20 % de films avaient alors strictement été réalisés par des femmes cette année-là, contre 9 % l’année précédente. Julia Ducournau sera récompensée 28 ans pour son film Titane en 2021 et devient la deuxième femme réalisatrice à recevoir cette distinction.

 

L’AUDIOVISUEL : UN SECTEUR EN CONSTANTE ÉVOLUTION

A l’ISA, conscient de la complexité et des évolutions constantes du secteur, nous formons nos étudiants à tous les métiers de l’audiovisuel grâce à des formations reconnues de Bac à Bac+5 en alternance aux débouchés multiples fiables. Si vous souhaitez en savoir plus sur le BTS Métiers de l’Audiovisuel, la 3ème année de Bachelor « Image et Montage » ou encore le Mastère « Production et Réalisation Audiovisuelle », n’hésitez pas à nous contacter.

Quelles sont les compétences à acquérir pour travailler dans la réalisation ?

Publiée le 20 mars 2023

Travailler dans la réalisation, c’est être capable d’endosser des missions très variées : création d’une œuvre, management d’équipe, gestion logistique ou encore bases de la technique de l’audiovisuel. Quelles sont précisément les compétences à acquérir pour faire carrière comme réalisateur ou assistant réalisateur ? 

Visuel - travailler dans la réalisation

Travailler dans la réalisation : développer une vision globale de son projet 

Le réalisateur est un véritable chef d’orchestre de son projet audiovisuel. C’est lui qui intervient véritablement tout au long de son projet et sur tous les points techniques qui permettront de réaliser sa vision artistique. Ainsi, le réalisateur doit avoir des compétences globales dans l’audiovisuel : participation à l’écriture de scénario, création de story-board, choix des prises de vue, avis sur le casting, vérification du matériel, gestion des conflits sur le tournage et contrôle des étapes de post-production.   

Afin de travailler dans la réalisation, il faut donc savoir intervenir à toutes les étapes de l’élaboration d’un projet audiovisuel. Pour parvenir à être performant durant tout le processus, il est crucial que le réalisateur bénéficie d’une vision très claire et juste des contraintes de chaque corps de métier qui intervient sur son œuvre. 

Il doit en effet avoir vécu en pratique de nombreux tournages pour comprendre les difficultés des comédiens et des directeurs de casting. Il lui faut bien analyser les plateaux de tournage dans le but d’anticiper les éventuelles difficultés de cadrage ou de positionnement des appareils d’éclairage. Il est aussi très important, pour travailler dans la réalisation, de connaître les conflits réguliers sur les tournages afin de les prévoir et de proposer des conditions de travail agréables et propices à la création d’une œuvre de qualité. 

S’il n’est pas nécessairement attendu du réalisateur ou de son assistant qu’il justifie de compétences techniques en informatique, il est préférable qu’il sache se repérer dans l’univers numérique pour pouvoir également intervenir au moment de la post-production. Aujourd’hui, les œuvres audiovisuelles peuvent intégrer des éléments en 3D, des images de synthèse ou même des effets sonores jusqu’alors inédit. Il est crucial que les professionnels de la réalisation connaissent les dernières innovations du secteur technologique en vue de savoir quels sont les éléments qu’ils souhaitent ajouter à leur œuvre. 

Visuel - travailler dans la réalisation

Comment se former pour travailler dans la réalisation ? 

Idéalement, pour parvenir à travailler dans la réalisation, il faut privilégier un parcours technique très axé sur l’acquisition de compétences pratiques. C’est pour cette raison que la très grande majorité des professionnels commencent leur apprentissage avec l’obtention du BTS Métiers de l’Audiovisuel (option gestion de production). Grâce à ce diplôme, ils développent de véritables savoir-faire opérationnels. L’ISA propose à ce titre un accompagnement premium en alternance qui permet d’obtenir son BTS Métiers de l’Audiovisuel et de travailler dans la réalisation dès l’obtention de son diplôme. 

Naturellement, les étudiants en réalisation peuvent choisir de poursuivre leurs études et d’intégrer un Bachelor ou un Mastère spécialisé. Dans ce cas de figure, il est vivement préconisé de choisir un établissement reconnu dans le milieu de l’audiovisuel qui propose un apprentissage en alternance.

Quels sont les raccourcis à connaître sur Premiere Pro ?

Publiée le 28 août 2023

Savoir gagner du temps lors d’un montage de longue haleine devient vite essentiel lorsque l’on travaille dans le monde de l’audiovisuel. Quelques clics sur le clavier peuvent épargner une longue recherche de fonctionnalité sur les différents panneaux d’affichage ou, pire, loin dans les méandres du paramétrage. 

Visuel - raccourcis premiere pro

Premiere Pro : présentation 

Il s’agit de l’un des logiciels de montage les plus connus du monde de l’audiovisuel. Il est utilisé par de nombreux professionnels. À ses débuts, Adobe Premiere fait débat et est très critiqué : en effet, son interface était considérée comme peu voire absolument pas ergonomique, en plus de comporter de nombreux bugs. Mais quelques mises à jour plus tard les bugs sont résolus et l’ajout du “Pro” à la fin de son nom convainc les professionnels auparavant déçus de lui laisser une seconde chance. Et heureusement ! 

Désormais, Premiere Pro peut prendre en charge de très nombreux formats de vidéo et intègre des systèmes de storyboard complets (le storyboard, c’est ce qui définit le cadre, l’intention et le mouvement qui détermine les principaux éléments et actions d’une scène). Parmi ses concurrents, on retrouve Avid ou Final Cut Pro. 

Premiere Pro présente de nombreux avantages, que ses pairs ne possèdent pas. 

Les avantages de Premiere Pro 

En plus de pouvoir monter en haute résolution, Premiere Pro est directement relié aux autres logiciels de la suite Adobe. Un atout majeur puisque la Creative Suite est très largement utilisée dans le monde professionnel de l’audiovisuel. Cette suite comporte des logiciels comme Adobe Encore (pour la création de menus et d’interface DVD), After Effects (pour l’animation graphique) et Photoshop (pour la retouche image et le dessin assisté par ordinateur).   

De nombreuses productions audiovisuelles sont montées chaque année sur Premiere Pro, le matériel de tournage étant toujours plus performant et innovant, les logiciels doivent s’assurer de pouvoir suivre. Premiere ajoute donc des pré-configurations de montage pour les vidéos enregistrées sur des reflex numériques, de nouveau moteur de lecture, améliore la fluidité de lecture des formats en haute définition. L’interface aussi évolue et s’adapte pour rendre le montage plus intuitif et plus rapide. 

Les raccourcis 

Toujours dans l’idée de rendre le montage plus efficace, Premiere Pro comporte plusieurs raccourcis clavier, qui se révèlent vite indispensables pour gagner quelques précieuses minutes. Dans une industrie qui demande du contenu toujours plus rapidement, ces quelques touches peuvent se révéler d’un grand secours. Attention : ces raccourcis ne fonctionnent qu’avec la configuration clavier de base de Premiere Pro. 

Les essentiels (Windows Mac) 

  • Nouveau projet :Ctrl + Alt + N |Opt + Cmd + N 
  • Nouvelle séquence :Ctrl + N | Cmd + N 
  • Nouveau chutier :Ctrl + / | Cmd + / 
  • Ouvrir un projet :Ctrl + O | Cmd + O 
  • Fermer le projet :Ctrl + Maj + W | Maj + Cmd + W 
  • Fermer :Ctrl + W | Cmd + W 
  • Enregistrer :Ctrl + S | Cmd + S 
  • Enregistrer sous:Ctrl + Maj + S | Maj + Cmd + S 
  • Enregistrer une copie :Ctrl + Alt + S |Opt + Cmd + S 
  • Importer à partir de l’Explorateur de médias :Ctrl + Alt + I |Opt + Cmd + I 
  • Importation :Ctrl + I | Cmd + I 
  • Exporter le média :Ctrl + M | Cmd + M 
  • Quitter :Ctrl + Q | Cmd + Q 

À connaître (Windows | Mac) 

  • Annuler :Ctrl + Z | Cmd + Z (à retenir en priorité absolue !!) 
  • Rétablir :Ctrl + Maj + Z | Maj + Cmd + Z 
  • Couper :Ctrl + X | Cmd + X 
  • Copier :Ctrl + C | Cmd + C 
  • Coller :Ctrl + V | Cmd + V 
  • Coller les attributs :Ctrl + Alt + V |Opt + Cmd + V 
  • Supprimer et raccorder :Maj + Suppr | Maj + Supprimer en avant 
  • Dupliquer :Ctrl + Maj + / | Maj + Cmd + / 
  • Tout sélectionner :Ctrl + A | Cmd + A 
  • Tout désélectionner :Ctrl + Maj + A | Maj + Cmd + A 
  • Rechercher… :Ctrl + F | Cmd + F 

Les “une touche suffit”

Ces raccourcis peuvent être utilisés lorsque vous vous trouvez sur un panneau.

  • Enregistrement vidéo :V 
  • Enregistrement audio :A 
  • Avance rapide :F 
  • Marquer une entrée : I 
  • Marquer une sortie : O 
  • Atteindre le point d’entrée :Q 
  • Atteindre le point de sortie :W 
  • Enregistre :G 
  • Rembobine :R 
  • En arrière :flèche gauche 
  • En avant :flèche droite 
  • Arrêt :S 
  • Outil Rectangle :R 
  • Outil Sélection :V 
  • Outil Texte :T 
  • Outil Plume :P 
  • Outil Cutter : C 

Pour faire gagner encore plus de temps à ses utilisateurs, Premiere Pro propose aux monteurs de définir leurs propres raccourcis claviers, complètement personnalisés. Pour cela, il suffit d’aller dans le menu “Édition” puis “Raccourcis clavier” (Ctrl + Alt + K sur Windows). 

Afin d’assurer des supports toujours plus professionnalisants pour ses étudiants, l’ISA fournit des accès à Premiere Pro et d’autres logiciels de montage qui permettent de rendre des projets prêts à diffuser.

Comment faire une bonne publicité pour la télévision ?

Publiée le 10 janvier 2024

ISA-publicité-télévision

La publicité à la télévision reste l’un des moyens les plus efficaces pour promouvoir un produit, une entreprise ou encore un service. Cependant, pour que votre publicité soit efficace, vous devez suivre quelques étapes essentielles pour créer une publicité convaincante et qui va retenir l’attention de votre public cible. L’ISA, l’École des Métiers de l’Audiovisuel en alternance vous présente les étapes principales pour créer une bonne publicité télévisée.

 

PETITE HISTOIRE DE LA PUBLICITÉ À LA TÉLÉVISION

L’histoire de la publicité à la télévision est marquée par une grande évolution depuis les premières annonces diffusées dans les années 1940. La publicité télévisée est devenue un élément clé de la culture médiatique, avec ses publicités emblématiques, ses innovations technologiques. Elle a également joué un rôle majeur dans la promotion de divers produits et de marques.

De nos jours, la publicité télévisée s’inscrit dans un paysage médiatique en constante évolution, caractérisé par une diversification des chaînes et des plateformes avec de l’intégration de contenu dans les émissions. Les médias sociaux ont également pris une grande place, les annonceurs cherchant à maximiser l’efficacité de leurs campagnes en ciblant spécifiquement des audiences.

 

CRÉER UNE BONNE PUBLICITÉ TÉLÉVISÉE

Créer une publicité télévisée efficace nécessite une planification minutieuse, une bonne compréhension de votre produit ode votre service, de votre public cible, ainsi que des compétences créatives et techniques. Voici les étapes clés pour créer une bonne publicité à la télévision :

1. Comprenez votre public cible : La première étape pour créer une bonne publicité télévisée est de comprendre votre public cible. Qui sont-ils ? Quels sont leurs besoins, leurs désirs et leurs préoccupations ? Plus vous en savez sur votre public, mieux vous pourrez adapter votre publicité pour qu’elle lui corresponde au mieux.

2. Développez un message clair et convaincant : Votre publicité doit avoir un message central, clair et convaincant. Il doit résoudre un problème ou répondre à un besoin spécifique de votre public cible. Assurez-vous que votre message captive l’attention et reste facile à comprendre, car vous n’avez que quelques secondes pour retenir l’attention des téléspectateurs.

3. Créez une histoire engageante : Les publicités qui racontent une histoire captivante ont tendance à être plus efficaces. L’histoire doit susciter une émotion ou une réaction chez les téléspectateurs, qu’il s’agisse d’inspiration, d’humour, de nostalgie. Une histoire bien racontée peut aider à rendre votre publicité mémorable.

4. Utilisez des visuels de haute qualité : La qualité visuelle de votre publicité est primordiale. Assurez-vous d’utiliser des images et des vidéos de haute qualité pour garantir une apparence professionnelle. Les visuels doivent correspondre à votre message et à votre marque.

5. Créez une musique et un son captivant : La musique et les sons jouent un rôle essentiel dans la création d’une bonne publicité télévisée. Choisissez une musique qui correspond à l’ambiance de votre publicité et qui reste dans l’esprit des téléspectateurs. Les mélodies reconnaissables peuvent également aider à mémoriser plus facilement votre publicité.

6. Utilisez un call-to-action (CTA) clair : N’oubliez pas d’inclure un call-to-action clair dans votre publicité. Indiquez aux téléspectateurs ce que vous attendez d’eux, que ce soit pour acheter un produit, visiter votre site internet, appeler un numéro ou s’inscrire à une offre spéciale. Le CTA doit être facile à comprendre.

7. Planifiez la diffusion au bon moment : Le choix du moment de diffusion de votre publicité est crucial. Assurez-vous de diffuser votre publicité aux heures où votre public cible est le plus susceptible de regarder la télévision. Vous pouvez également envisager des partenariats avec des émissions ou des événements spécifiques pour toucher un public particulier.

8. Mesurez les résultats : Une fois votre publicité diffusée, assurez-vous de mesurer ses performances. Utilisez des outils d’analyse pour suivre les réponses et les conversions. Cela vous permettra d’ajuster votre stratégie publicitaire en fonction de ces résultats.

 

LES MÉTIERS DE LA TÉLÉVISION

L’industrie de la télévision publicitaire offre divers métiers liés à la création, à la planification, à la production et à la diffusion de publicités à la télévision. Si les métiers de l’audiovisuel et de la télévision vous intéresse, l’ISA, l’École des Métiers de l’Audiovisuel propose un BTS Métiers de l’Audiovisuel en deux ans et en alternance. Ce BTS comprend 4 options qui sont les Options Son, Montage, Image et Gestion de Production. Les élèves peuvent poursuivre cette formation vers une 3ème année de Bachelor en alternance pour renforcer davantage leurs compétences. Le Mastère Production et Réalisation Audiovisuelle permet de prétendre à un poste de responsable ou de distributeur des programmes.

 

Retrouvez sur notre page YouTube l’une des publicités créées par nos élèves !

Nouveau cursus à l’ISA : le Bachelor Image/Montage en alternance

Publiée le 17 avril 2023

Que faire après son BTS Métiers de l’Audiovisuel ? Bonne question… Et pourquoi pas un Bachelor ? C’est tout nouveau, l’ISA ouvre son Bachelor audiovisuel : Image/Montage (AV). Désormais, une année supplémentaire dans l’école vous permet de doubler votre BTS d’un titre reconnu par l’État de niveau 6. 

 

Visuel - bachelor image montage isa

Qu’est-ce qu’un Bachelor audiovisuel ? 

Le Bachelor audiovisuel de l’ISAImage/Montageouvre ses portes pour la toute première fois. Ce nouveau programme offre une formation Bac+3, en alternance. Les étudiants sont entourés par des professionnels du secteur, en activité, lors de cours à la fois pratiques et théoriques.À la fin de ce cursus, un titre RNCP : “Chef de projet audiovisuel” reconnu par l’État de niveau 6. Plus qu’un titre, le Bachelor Image/Montage de l’ISA permet aux étudiants de parfaire leur formation audiovisuelle et de soigner, une année de plus, leur réseau de contact dans le monde professionnel. 

Les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes. Pour candidater, il vous faudra dans un premier temps être titulaire d’un BTS MAV (Métiers de l’Audiovisuel), ou d’un Bac+2 issu d’un cycle d’étude à l’ESIS, une école partenaire de l’ISA. Les admissions se font ensuite sur concours pour les étudiants extérieur au Réseau GES – le réseau de l’école – ou bien en passerelle pour les étudiants issus des BTS MAV ESIS et ISA. 

 

Des cours théoriques et pratiques : le programme 

Cette année de Bachelor se divise en trois trimestres, comprenant eux-mêmes un fort alliage entre cours pratiques et théoriques. La raison ? Professionnaliser ses étudiants dès la formation pour qu’ils soient prêts à intégrer une équipe et investir le marché de l’emploi aussitôt leur diplôme en poche.  

 

T1 – Les bases du montage et du tournage revisitées 

Objectif : Développer toutes les compétencesnécessaires pour réaliser un clip vidéo 

Concernant les cours théoriques, les étudiants retrouvent des matières emblématiques de l’ISA, mais revisitées pour correspondre aux attentes du Bachelor. Ainsi, ils assisteront à des cours d’histoire de la télévision et de l’audiovisuel, de théorie vidéo/montage et de culture musicale. 

Question cours pratiques maintenant. Lors de leur premier trimestre, les étudiants du Bachelor ISA pourront prendre part à différents TP (travaux pratiques) : de l’image – plateau (lumière, caméras, implantation, ordres), ainsi que du montage sur AVID (un logiciel professionnel utilisé dans toutes les entreprises travaillant dans l’audiovisuel). 

 

T2 – Gestion avancée des outils de tournage et de montage 

Objectif : Apprendre à réaliser une publicité 

Pour les cours théoriques, les étudiants assisteront aux fondamentaux de l’audiovisuel, ce qu’il faut à tout prix maîtriser avant d’intégrer le monde professionnel. C’estàdire : l’anglais professionnel, le droit audiovisuel, le financement, la culture pub et le brandidentity (définir son identité de marque). 

Bien entendu avec la théorie, vient la pratique :

  • TP image Machinerie (travelling, steady, et ronin)

  • TP montage (AVID, DA Vinci, Aftereffects – tous des logiciels de montage vidéo professionnels)

  • TP post-production (mixage, étalonnage et PAD)

 

Visuel - bachelor image montage isa

 

T3 – Maîtrise du reportage 

Objectif : Savoir réaliser un reportage-documentaire en mode JRI-M (Journaliste Reporter d’Image et Monteur) 

Parmi les cours théoriques, les étudiants travailleront à nouveau leur anglais professionnel, puis ils s’initieront à la production, l’analyse et la préparation d’un reportage-documentaire. Ils apprendront également à évaluer leurs besoins techniques. 

Pour finir l’année en beauté, les bachelors de l’ISA auront droit à quatre temps forts de formation pratique : 

  • TP Image JRI-M (ITW, terrain, épaule…) 

  • TP montage (Adobe Première Pro, reportage) 

  • TP MOJO (tourner, monter, et diffuser depuis un smartphone) 

  • Culture doc(écrire et produire un documentaire) 

 

Les semaines de séminaire 

En plus des cours théoriques et pratiques, les étudiants en Bachelor de l’ISA prendront part à pas moins de 6 semaines de séminaires pratiques. Les thèmes de ces séminaires correspondent aux objectifs visés pour chaque trimestre. On retrouve donc : 

  • Semaine 1 et 2 : écriture, tournage et montage d’un clip 

  • Semaine 3 et 4 : écriture, tournage et montage d’une publicité 

  • Semaine 5 et 6 : écriture, tournage et montage d’un reportage/documentaire 

 

 

Quel rythme d’alternance ? 

Le Bachelor de l’ISA se déroule en alternance, oui, mais quel est le rythme adopté ? Cette troisième année, c’est 1 jour de cours (le samedi)et 4 jours en entreprise par semaine. Avoir cours le samedi, c’est la garantie de bénéficier d’un campus calmepour concrétiser tous ses projets scolaires, professionnels ou personnels. C’est également une façon de s’assurer de ne pas manquer les évènements importants de son entreprise, ce qui rend le profil des étudiants de l’ISA encore plus attrayant. 

D’ailleurs, pour trouver leur alternance, les étudiants sont accompagnés tout au long de l’année par la Cellule Relations Entreprises. Cette cellule leur offre un suivi personnalisé de leur dossier et partage les offres du moment. La CRE aide lors des recherches, mais aussi plus tard : un doute sur un point du contrat, les horaires, le salaire ? La CRE est là pour répondre à ces interrogations.  

 

Visuel - bachelor image montage isa

Débouchés et poursuites d’études 

Après un Bachelor à l’ISA, deux voies s’ouvrent aux étudiants : poursuivre leurs études ou rejoindre directement le monde du travail. S’ils choisissent la seconde option, les diplômés ont toute une gamme de métiers vers lesquels se tourner parmi lesquels : 

  • Chef monteur  

  • Monteur  

  • Monteur truquiste  

  • Infographiste  

  • Étalonneur 

  • Cadreur/monteur 

  • Opérateur Prise de Vues (OPV) 

  • Chef opérateur lumière 

  • Opérateurs spécifiques de l’image (steadycam, grues, paramétrage automates) 

  • Assistant opérateur  

  • Directeur de la photo  

  • JRIM (Journaliste reporter d’images-monteur) 

  • MOJO (journaliste mobile) 

  • Réalisateur audiovisuel 

S’ils décident de poursuivre leur cursus scolaire, les étudiants peuvent s’intégrerà un Mastère dans l’une des écoles partenaires de l’ISA et ainsi bénéficier d’une passerelle avantageuse dans l’une de nos écoles partenaires à savoir : l’ESIS avec ses quatre Mastères Cinématographiques et Sonores, l’ECITV avec son Mastère Communication audiovisuelle et marketing, ou bien l’ISFJ et son Mastère journalisme. 

200