X
JPO Live du 01/02
L'ISA vous accueille en Portes Ouvertes Digitales !
Je m'inscris
Une question ?
L'ISA vous recontacte !
Etre recontacté
Brochure ISA
Découvrez l'école et ses formations
Je télécharge

Quels sont les métiers du cinéma ?

Publiée le 9 janvier 2023

Le monde du cinéma comprend une quantité colossale de métiers, tous plus passionnants les uns que les autres. Tour d’horizon de ces emplois d’exception, de la création à la production en passant par la réalisation technique d’un film. 

Visuel - métiers du cinéma

Quels sont les métiers artistiques du cinéma ? 

Selon la taille et le budget d’une production, un film de cinéma peut faire intervenir une multitude de métiers artistiques. C’est le cas notamment du décorateur-scénographe, qui met en place le décor du film après avoir déterminé avec le réalisateur les caractéristiques esthétiques de l’œuvre. Il est amené à faire de nombreuses propositions aux équipes artistiques, afin de trouver la juste mesure et de créer des décors véritablement en phase avec la vision du réalisateur.

Il en va de même du costumier, qui doit allier à son savoir-faire technique une culture générale solide (connaissances historiques, textiles, etc.) garante du réalisme de l’œuvre.

D’autres corps de métiers créatifs interviennent au cinéma, c’est le cas du réalisateur, du directeur artistique ou encore du scénariste. C’est ce dernier qui est en charge de l’écriture du scénario du film. Il doit donc faire preuve d’une grande imagination afin de donner toutes les indications propices à créer un univers unique et à part, cohérent pour le spectateur et compréhensible pour les équipes techniques. 

 

Le cinéma et ses métiers techniques 

Au cinéma, le cameraman a un rôle essentiel. Il pilote les mouvements des appareils d’enregistrement de l’image en fonction des indications des équipes de réalisation. Avec le chef opérateur, il anticipe les mouvements des acteurs, suit le storyboard ou le conseille à propos des points de vue à adopter. Il doit pouvoir assurer ses missions en plateau, en extérieur, voire même, depuis un hélicoptère dans le cas de prises de vue aériennes.

Autre métier très technique dans le cinéma, l’ingénieur son (ou chef opérateur son). Ce professionnel travaille à la fois sur les plateaux de tournage et en post-production. Son objectif est d’enregistrer les pistes audios et d’en assurer la qualité finale. Il peut donc être amené à « nettoyer » les fichiers audios pour les débarrasser des bruitages parasites, ajouter des musiques de fond à une séquence filmée ou à définir intégralement (et conjointement avec le réalisateur) l’ambiance sonore du film. 

 

Métiers du cinéma : la production 

La production audiovisuelle génère de nombreux métiers dans le cinéma. Il s’agit généralement de postes à responsabilité dans l’organisation, le marketing la communication, et même les ressources humaines. Souvent employés au sein des grandes sociétés de production audiovisuelles, ces experts du cinéma assurent des missions essentielles au bon développement de l’industrie.

On peut citer le directeur de production audiovisuelle, qui prend en charge les opérations techniques permettant de créer un film. Il établit le budget du projet, gère les demandes de financement (et suit la bonne réception des dossiers), recrute l’équipe des prestataires externes ou vérifie que le projet respecte les dispositions légales et réglementaires. Très cherché par l’industrie du cinéma, cet expert peut gagner jusque 4000 euros par mois après seulement quelques années d’expérience.

L’exploitant de salle de cinéma est un professionnel central pour une industrie du divertissement florissante et attractive. Indépendant ou employé d’une grande société, il est chargé d’organiser le fonctionnement de ses salles et du personnel qui y travaille. Il organise la programmation des films et peut même négocier directement avec les distributeurs.

Grâce au programme de préparation au BTS Métiers de l’Audiovisuel de l’ISA, les étudiants peuvent explorer tous les différents métiers du cinéma.

La numérisation du cinéma a pour conséquence la création de nouveaux métiers digitaux : animateurs 2D/3D, graphistes ou experts de la réalité virtuelle. 

Christopher Thompson : B.-A.-BA du cinéma

Publiée le 15 janvier 2023

Moment souvenir : il y a peu, l’ISA a ouvert ses portes à Christopher ThompsonActeur, scénariste et réalisateur français. L’amphithéâtre de la Grange-aux-Belles, au cœur de Paris,est en pleine ébullition. Christopher Thompson se fait un devoir de livrer ses meilleures anecdoteset ses plus beaux conseils pour réussir dans le monde du grand écran. 

Visuel - masterclass Christopher Thompson

Encore plus de lumières, plus de micros et plus de caméras : l’ISA est parée pour la masterclass. L’amphithéâtre revêt des airs de véritable salle de cinéma avec ses murs noirs hauts sous plafond et son immense toile de projection. Les chaises sont alignées face au canapé gris. Le rétroprojecteur diffuse l’affiche de Fauteuils d’Orchestre, un film que l’invité de ce soir a co-écrit avec sa mère, Danièle Thompson. Il retire sa veste noire pour révéler une chemise grise.Christopher Thompson débute la conférence, un air ravit sur le visage. 

 

Anecdotes et conseils 

Né à New York, Christopher Thompson vient très vite vivre en dans la patrie de Molière.Christopher Thompson a été nommé pour le César du meilleur espoir masculin dansLes Marmottes, d’Élie Chouraqui. Plus récemment, il remporte le prix Henri-Langlois 2011 pour Bus PalladiumSon aisance devant un public se fait tout de suite ressentir. Il est à l’aise oui, mais il met également un point d’honneur à parler aux étudiants de l’ISA comme à de futurs collègues. Il s’implique à 100% dans sa mission : répondre à toutes les questions. Il s’applique à décrire ses succès comme ses flops, le tout parsemées de petites anecdotes amusantes de sa vie d’acteur, certaines mettant en scène Gérard Depardieu à ses débuts. Toujours à grands coups de métaphores hautes en couleurs, il invite les étudiants à toujours se battre pour que leurs films soit le reflet le plus parfait de ce qu’ils avaient en tête.  

 

Vive l’ISA 

Séduits par son humour et son implication, les étudiants n’hésitent pas à s’approcher de l’invité vedette. Les dernières questions sont posées, bien moins timides que les premières. Quelques plaisanteries supplémentaires et un autographe plus tard, le voilà sur le départ. Ce dernier viendra rejoindre le très célèbre mur des rencontres du campus de la Grange-aux-Belles.Vive l’ESIS et l’ISA”, clôture Christopher Thompson, après avoir souhaité les meilleures des réussites aux cinéastes en devenir. 

PCP BLANCS À L’ISA : TOURNAGE POUR LES ETUDIANTS EN DEUXIÈME ANNÉE

Publiée le 4 janvier 2022

Les étudiantsde l’ISA ont passé les épreuves de PCP blancs. Pendant deux semaines, ils ont monté leur propre sujet dans le but de s’entraîner aux épreuves finales du BTS d’audiovisuel 

 PCP BLANCS

À l’ISA, l’Institut Supérieur d’Audiovisuel, les étudiants en deuxième annéeréalisent à la fois des cours mais aussi des tournagesPour leurs PCP blancs, pendant deux semaines, ils se concentrent entièrement sur cette épreuve de préparation à l’examen final du BTS.  Les étudiants des options son, image, gestion de production et montagese retrouvent au sein d’un même groupeet travaillent en autonomie en mettant en commun leurs compétences diverses.Assis dans l’amphithéâtre, les étudiants ont découvert ce challenge.Un défi d’autant plus intéressant puisque les groupes ont été formés au hasard, à l’aide d’un tirage au sortmené par le directeur de l’école : Ludovic Place. En transformant la répartition des élèves dans chaque groupe en un véritable show, il a su capter leur attention.Lors de vos examens finaux, vous ne pourrez pas choisir vos groupes, autant apprendre à travailler avec n’importe qui dès maintenant”. Ce tirage au sort permet aussi à l’ISA de chambouler les habitudes des étudiants, pour les pousser au maximum de leurs capacités. 

Créer un court-métrage de A à Z 

Le projet est simple”, nous dit Tim Paulot, étudiant en BTS option imageà l’ISA,On donne un scénariogénéral pour tout le monde, ici c’est un reportage télé.Ensuite on créeun sujet et des personnages”. À la fin des deux semaines de tournage, leur court-métrage devra durer exactement 6 minutes, générique compris. Le jour de la diffusion, le groupe devra présenter et justifier son projet : “Pourquoi ce plan ? Pourquoi ce sujet ? … » Pour le moment, le groupe de Tim vient de finir l’écriture et entame le tournage.Timothée joue également l’un des rôles du reportage. “Mon sujet, celui de mon groupe, va traiter d’un quartier parisien pauvre. Dans une deuxième partie on s’axera sur la danse, l’art urbain.” Ils vont utiliser “la technique de l’entonnoir”. Ils partent d’un quartier et resserrent jusqu’à arriver à un lieu bien précis. Faire un projet avec des gens avec qui on a des affinités c’est hyper intéressant d’un point de vue humain, d’un point de vue professionnel« . Le matériel empaqueté dans les nombreux sacs, le groupe de Tim part en tournage dès cette après-midi. Il ne reste que quelques jours aux étudiants, motivés au possible : l’ISA voit son campus en pleine effervescence par les groupes à la recherche de plans originaux. 

Qu’est-ce qu’une source audiovisuelle ?

Publiée le 19 janvier 2023

Dans l’audiovisuel, une source est une œuvre concrète qui peut être utilisée à des fins de documentation, d’inspiration ou d’adaptation. Il en existe dans chaque discipline du secteur : sonores, imagées, vidéo, digitales. 

Visuel - Qu'est-ce qu'une source audiovisuelle ?

Source audiovisuelle : appuyer un propos 

Le propre d’une source audiovisuelle, c’est non seulement d’apporter une information historiquement fiable, mais aussi de renforcer le propos du créateur. 

La valeur historique de ces supports est colossale, ces sources audiovisuelles ouvrent la porte vers un monde révolu et peuvent tordre le cou à des idées reçues fausses et dangereuses. Dans le cadre du maintien de la démocratie, les sources audiovisuelles sont un véritable outil pour lutter contre les fake news. Elles proviennent d’une époque où les fichiers audiovisuels ne pouvaient pas être modifiés et attestent encore aujourd’hui de la vérité. 

Les sources audiovisuelles sont très régulièrement utilisées par les chercheurs du secteur. Dans leurs mémoires ou leurs rapports de recherche, ils s’appuient sur des documents sourcés afin d’appuyer les faits qu’ils relatent. Pour aller plus loin, les sources audiovisuelles sont aujourd’hui très utilisées à des fins de communication et de marketing. Elles permettent d’asseoir l’historicité des grandes entreprises et de leur adjoindre une valeur patrimoniale importante. 

 

Où trouver une source audiovisuelle ? 

La BNF offre une collection colossale et très complète de sources audiovisuelles imagées qui font intégralement partie du patrimoine culturel français. Sa vocation est de rassembler les collections iconographiques historiques du monde. On y trouve donc des estampes, des photographies, etc. Depuis la loi sur le dépôt légal des œuvres audiovisuelles, l’institution est aussi habilitée à analyser les nouvelles sources entrantes dans ses collections. En offrant l’accessibilité aux œuvres qu’elle protège (notamment via son site internet), elle offre à la population de redécouvrir son patrimoine audiovisuel et sonore. 

D’autres institutions assurent une mission de conservation des sources historiques audiovisuelles : l’ECPAD (l’Établissement des communications de production audiovisuelle de la Défense), l’Institut National de l’Audiovisuel, etc. 

Les grandes entreprises de l’audiovisuel disposent elles aussi de leur propre système d’archive. On peut citer à ce titre la Gaumont Pathé Archives ou l’Associated Press Archives (qui constitue le plus grand fond des agences de presse internationales). 

Savoir rechercher, utiliser et s’appuyer sur les justes sources audiovisuelles est crucial pour les étudiants du secteur qui rendent des projets professionnels de haut niveau au cours de leurs cursus. Attention néanmoins à toujours s’assurer que l’utilisation de la source soit autorisée : œuvre tombée dans le domaine public ou obtention des droits de publication auprès des ayants droit. À l’ISA, les étudiants bénéficient d’un accompagnement et d’un enseignement de haut niveau leur offrant de correctement exploiter. Ces documents et d’en tirer toutes les connaissances nécessaires pour obtenir leur BTS Audiovisuel. 

Font désormais partie des sources audiovisuelles reconnues les sites internet, qui sont protégés par la BNF au même titre que les documents « classiques ». 

Pourquoi faire une alternance dans l’audiovisuel ?

Publiée le 13 septembre 2022

L’audiovisuel est un milieu au réseau professionnel fermé et dont les méthodes de recrutement se basent principalement sur l’expérience professionnelle. Pour parvenir à y pénétrer, rien de mieux que suivre une formation en alternance dans un établissement spécialisé en audiovisuel. Zoom sur les avantages à opter pour ce rythme d’apprentissage.

L’audiovisuel : un secteur propice à des études en alternance

L’audiovisuel est un secteur complexe à aborder : multidisciplinaire et technologique, il est important de se former pour y travailler. C’est aussi un domaine caractérisé par son très haut niveau de technicité. Les techniciens en audiovisuel sont en effet amenés à manipuler des équipements de haut niveau technique et qui évoluent constamment selon l’avancée des nouvelles technologies. 

Très ancré dans la pratique et sur le terrain, l’audiovisuel est un secteur concret, pour lequel il est conseillé de se former en alternance. Dans ce milieu, l’expérience professionnelle est un atout de poids et de nombreux recruteurs privilégient un parcours axé sur la pratique plutôt qu’un profil trop académique. 

Études en audiovisuel : être autonome grâce à l’alternance

L’alternance, c’est une modalité d’apprentissage selon laquelle l’étudiant est pris en charge par une entreprise d’accueil afin d’observer ses activités et de contribuer à certaines de ses activités professionnelles. 

À ce titre, l’alternant se voit rétribué d’une somme correspondante à un salaire (60 à 80 % du SMIC selon les contrats d’apprentissage). Il est donc considéré comme un salarié et jouit des mêmes avantages pendant toute la durée de sa formation. 

Cet argent lui offre de pouvoir suivre ses études sans avoir besoin de travailler à côté pour payer son loyer ou ses loisirs. Indépendant, mais aussi concentré sur son cursus, l’étudiant en alternance multiplie ainsi ses chances de réussite. 

 

Alternance : ouvrir les portes des meilleures écoles d’audiovisuel 

Généralement, les écoles spécialisées en audiovisuel présentent des frais de scolarité élevés. Ils sont pleinement justifiés par la qualité des locaux et des équipements techniques mis à disposition des étudiants. Néanmoins, ils peuvent rendre l’accès à ces établissements difficile.  
 
Or, avec un contrat d’alternance, tout ou partie des frais de scolarité des étudiants peuvent être pris en charge par son entreprise d’accueil. 

 

Alternance et audiovisuel : se démarquer 

En apprenant sur le terrain, au contact des techniciens professionnels qui évoluent dans l’audiovisuel, les alternants se constituent dès le début de leurs études un carnet d’adresses. L’audiovisuel est un milieu qui fonctionne au contact et au talent. Il est donc crucial de développer rapidement un savoir-être et un profil unique propice à attirer les recruteurs et à marquer les mémoires. 

Les professionnels de l’audiovisuel travaillent d’ailleurs au sein d’équipes transdisciplinaires. En multipliant les stages en immersion et en alternance, les étudiants découvrent des personnalités, avec lesquelles ils auront plus tard envie de travailler. 

 

Alternance : le plus haut taux de réussite au BTS Audiovisuel 

Les experts de l’enseignement et les professionnels de l’audiovisuel attestent que le plus haut taux de réussite au BTS Audiovisuel se retrouve au sein des établissements proposant une préparation au diplôme selon la modalité de l’alternance. 

C’est ce qu’offre l’ISA : se former en alternance et bénéficier de cours techniques de haut niveau animés par des professionnels de l’audiovisuel. 

L’alternance, c’est un puissant tremplin à l’insertion professionnelle dans le milieu de l’audiovisuel et un gage d’acquérir de solides compétences opérationnelles. 

Rencontre avec Michel Hazanavicius : « bonne chance, il en faut”

Publiée le 22 janvier 2023

Les étudiants de l’ISA ont eula chance de rencontrer Michel Hazanavicius : réalisateur, scénariste, producteur, monteur et acteur français ! Dans une ambiance intimiste, l’invité vedette du campus de la Grange-aux-Belles parle de son parcours, de ce que signifie être un réalisateur et surtout, répondre à toutes les questions des futurs cinéastes. 

Visuel - masterclass Michel Hazanavicius

L’allée qui mène à l’amphithéâtre s’anime. Les étudiants qui assistent à la rencontre croisent l’équipe technique qui circule d’un bout à l’autre du campus. Les micros sont ajustés, les projecteurs tracent des lignes colorées dans la salle. Les sièges sont tous occupés et, devant, face caméra, un canapé bercé d’une lumière chaude : entre en scène Michel Hazanavicius. Habillé simplement d’un polo bleu marine, ses lunettes noires sur le nez, il est prêt à parler. Le directeur de l’école, Ludovic Place, est au premier rang. L’affiche du Prince Oubliéest diffusée sur la toile de projection : la conférence démarre.  

 

Plusieurs cordes à son arc 

Bien connu du public pour ses deux productions d’OSS 117mettant en scène Jean Dujardin, Michel Hazanavicius à plusieurs cordes à son arc. Réalisateur, mais aussi scénariste, producteur, monteur, et même acteur. Avec plus d’une centaine de récompenses en poche, dont l’Oscar du meilleur film, il parle aux étudiants de l’ISA comme à de futurs confrères. Vos productions seront un peu comme un mariage, il faudra vivre avec toute votre vie, donc faîte quelque chose dont vous serez fiers. Il insiste tout particulièrement sur ce point. Il faut pouvoir se désigner sans aucune honte comme le réalisateur d’une production. Il faut être fier de voir son nom au générique, et ne pas hésiter à refuser certains contrats que l’on pourrait regretter plus tard. Avec un sourire, il ajoute : “il ne faut jamais croire ce que les autres disent de vous, en bien comme en mal”, il faut garder la tête froide. Pourtant, il ne manque pas d’admirateurs. 

 

Une célébrité sur le campus 

Une chose est sûre, cette rencontre professionnelle a séduit les étudiants. “Il est très intéressant, très modeste. Et j’ai aimé sa façon d’expliquer comment on fait un scénario confie Raphaël Moukouyou. “Il a parlé de ses succès et de ses échecs, et je pense que je vais maintenant suivre sa cinématographie de près”.  En plus de le rapprocher du milieu professionnel qu’il vise (le cinéma), Raphaël est aussi agréablement surpris de voir qu’il est possible de travailler avec des gens qui, somme toute, ont su garder les pieds sur Terre. “C’est une expérience enrichissante, j’ai appris plein de trucs que j’ignorais. Les questions s’enchaînent toute la soirée, et Michel Hazanavicius y répond avec enthousiasme. Il termine cette rencontre avec une dédicace à ajouter au célèbre mur d’autographes de l’ISA : “Merci à tous, et surtout bonne chance. Il en faut... 

Comment devenir régisseur ?

Publiée le 15 septembre 2022

Responsable technique d’un spectacle, le régisseur est un professionnel au cœur de l’événement qu’il organise. Quelles sont les qualités attendues de lui et quel parcours de formation suivre pour devenir régisseur à son tour ? 

Quel profil développer pour devenir régisseur ? 

Le cœur du métier de régisseur, c’est l’organisation technique d’un tournage, d’un spectacle ou d’un plateau de télévision. Généralement, le régisseur spectacle travaille en direct, au moment même où son projet de spectacle vivant se déroule. À ce titre, c’est un excellent organisateur, doublé d’un fin connaisseur des dynamiques de l’audiovisuel. 

En pratique, un régisseur se doit d’être capable de penser une organisation rationnelle, rationalisée et efficace de tous les intervenants sur le projet qui lui est confié. Il travaille en collaboration étroite avec le metteur en scène, son objectif est d’ailleurs de réaliser sa vision de l’œuvre. 

Le régisseur doit donc être en mesure de comprendre la vision artistique du metteur en scène (il a une sensibilité forte, qu’il cultive au fil de son expérience professionnelle), tout en inscrivant les opérations techniques du tournage dans un cadre budgétaire strict. Le régisseur est donc parfaitement au fait des contraintes qui pèsent sur les sociétés de production et sait trouver les solutions les plus pertinentes aux problèmes organisationnels rencontrés sur un tournage. 

En somme, pour devenir régisseur, il faut aimer les arts vivants (théâtre, danse, cinéma, etc.) et faire preuve d’un esprit organisationnel et structuré. 

 

Devenir régisseur : obtenir son BTS Audiovisuel 

Pour espérer devenir régisseur, il faut en premier lieu obtenir son BTS Métiers de l’audiovisuel puis cumuler rapidement de l’expérience professionnelle. 

Le BTS s’organise autour d’un tronc commun et de quatre grandes options de spécialisation. Pour devenir régisseur, il faut choisir la branche de la gestion de production. Au titre de cette option, les étudiants apprennent les techniques la gestion de projet, le suivi administratif d’un projet audiovisuel ou encore maîtrisent la chaîne de production audiovisuelle. 

Attention, il est possible d’opter pour une autre branche et se spécialiser dans un seul secteur et devenir régisseur son ou lumière, par exemple. 

Cependant, pour se faire embaucher dans l’audiovisuel, obtenir son diplôme ne suffit pas. Il s’agit d’un milieu au réseau fermé, qui ne peut être abordé que grâce à l’expérience et les contacts professionnels adéquats. C’est pour cette raison qu’il est préconisé d’opter pour une préparation au BTS qui bénéficie de l’apprentissage en alternance. Cette modalité offre aux étudiants de se préparer sereinement au passage des examens, tout en mettant rapidement un pied dans le milieu professionnel de l’audiovisuel. 

À l’ISA, les étudiants intègrent les meilleures structures de l’audiovisuel et développent ainsi rapidement des compétences opérationnelles qui intéressent les recruteurs du secteur. 

En début de carrière, le régisseur peut obtenir un salaire aux alentours des 1500 euros mensuels. Cette rémunération est susceptible d’évoluer rapidement, en fonction de ses compétences et de l’entreprise qui l’emploie.

Production sonore : l’essentiel à connaître

Publiée le 26 janvier 2023

La production sonore est un domaine très large, riche et varié. Il concerne toutes les opérations de création du son, du sound design à la composition musicale. C’est également une discipline très technique, qui requiert de maîtriser les dernières technologies de l’audio numérique. S’il est difficile d’en faire une définition succincte, quels sont les essentiels à connaître pour mieux comprendre ce qu’est la production sonore ? 

Visuel - Production sonore

La production sonore qu’est-ce que c’est ? 

La production sonore est une discipline de l’audiovisuel qui concerne le traitement des pistes audios : capture, enregistrement, nettoyage, assemblage, etc. Elle englobe les projets multimédia (court-métrages, films) au même titre que les productions audios (album de musique, voix off etc.). 

Elle comprend donc deux facettes distinctes mais néanmoins complémentaires : un côté très technique nécessaire pour manipuler les tables de mixage et utiliser pleinement les potentiels du son numérique. Et un côté créatif, qui permet aux équipes de déterminer l’ambiance sonore d’un film (et donc de contribuer à son succès) ou de corriger les musiciens sur certains éléments sonores. 

Très large, la production sonore est une industrie actuelle, qui fait appel aux nouvelles technologies et s’inscrit dans les tendances d’aujourd’hui. Par exemple, elle comprend les techniques de l’habillage sonore et du sound design, qui sont des disciplines récentes. Lesound design est un travail de composition qui permet de définir un élément sonore qui représentera une entreprise ou un produit au sens promotionnel et communicatif. On pense notamment aux quatre notes emblématiques de la SNCF diffusées en gare ou en train avant et après l’intervention audio de la « Voix SNFC », elle aussi issue d’un travail en sound design. 

 

Production sonore : quatre étapes incontournables 

La production sonore est un univers complexe et très riche, qu’il est difficile de cantonner à quelques étapes succinctes. Cependant, nous pouvons citer quatre phases véritablement incontournables du processus : 

 

– Étape 1 : l’enregistrement 

Désormais, la production sonore se base sur la technique de l’enregistrement multi-pistes. Il s’agit pour les ingénieurs du son (et les musiciens) d’enregistrer séparément tous les éléments qui composeront un morceau ou un fichier. Ces composantes sont ensuite réassemblées dans un « mix ». L’enregistrement multi-pistes permet de véritablement apporter une attention spécifique à chaque élément sonore et d’ainsi façonner le son de chaque composante. Désormais, une seule personne peut procéder à l’enregistrement audio d’un projet, tandis qu’auparavant, cette étape nécessitait l’intervention d’une équipe complète de musiciens et d’ingénieurs du son. 

 

– Étape 2 : le nettoyage 

Parfois appelée édition, cette étape minutieuse consiste à nettoyer les pistes audios des éléments indésirables et de travailler le son afin d’obtenir le rendu audio souhaité. Elle comprend cinq opérations : l’arrangement, le computing, la réduction des bruits, l’édition rythmique et la correction de la tonalité. 

 

– Étape 3 : le mixage 

Il s’agit de la phase permettant d’obtenir un assemblage cohérent et esthétique à l’oreille. C’est une étape très complexe, devenue même une spécialité professionnelle dans le monde de la production sonore. Très complexe à résumer, elle comprend notamment l’équilibre des faders, le planning, l’égalisation ou encore la compression. 

 

– Étape 4 : le mastering 

Cette étape très utilisée dans le milieu de la production d’albums musicaux, consiste à réenregistrer les pistes afin d’obtenir un fichier stéréo unique, appelébounce (en anglais, rendu). Il existe de très nombreuses techniques de mastering, propre à chaque ingénieur son ou adaptée aux spécificités d’un projet. Les professionnels, à cette étape, s’occupent de maximiser le volume sonore ou d’ajouter des blancs de fondu entre deux pistes. 

 

C’est avec un BTS Métiers de l’Audiovisuel qu’il est possible de tout connaître de la production sonore. Il s’agit d’un diplôme d’État organisé autour d’un tronc commun et de quatre grandes options de spécialisation : son, image, montage et gestion de production. L’ISA offre un programme d’entraînement aux tests d’examen qui bénéfice d’un très fort taux de réussite et de nombreux stages en alternance. 

La production sonore est un domaine aux nombreux débouchés, tant dans le milieu de la création audiovisuelle, de la musique et de la communication audio des grandes entreprises. 

Quels sont les métiers du cinéma ?

Publiée le 18 septembre 2022

Le monde du cinéma comprend une quantité colossale de métiers, tous plus passionnants les uns que les autres. Tour d’horizon de ces emplois d’exception, de la création à la production en passant par la réalisation technique d’un film. 

 

Quels sont les métiers artistiques du cinéma ? 

Selon la taille et le budget d’une production, un film de cinéma peut faire intervenir une multitude de métiers artistiques. C’est le cas notamment du décorateur-scénographe, qui met en place le décor du film après avoir déterminé avec le réalisateur les caractéristiques esthétiques de l’œuvre. Il est amené à faire de nombreuses propositions aux équipes artistiques, afin de trouver la juste mesure et de créer des décors véritablement en phase avec la vision du réalisateur.  

Il en va de même du costumier, qui doit allier à son savoir-faire technique une culture générale solide (connaissances historiques, textiles, etc.) garante du réalisme de l’œuvre. 

D’autres corps de métiers créatifs interviennent au cinéma, c’est le cas du réalisateur, du directeur artistique ou encore du scénariste. C’est ce dernier qui est en charge de l’écriture du scénario du film. Il doit donc faire preuve d’une grande imagination afin de donner toutes les indications propices à créer un univers unique et à part, cohérent pour le spectateur et compréhensible pour les équipes techniques. 

 

Le cinéma et ses métiers techniques 

Au cinéma, le cameraman a un rôle essentiel. Il pilote les mouvements des appareils d’enregistrement de l’image en fonction des indications des équipes de réalisation. Avec le chef opérateur, il anticipe les mouvements des acteurs, suit le storyboard ou le conseille à propos des points de vue à adopter. Il doit pouvoir assurer ses missions en plateau, en extérieur, voire même, depuis un hélicoptère dans le cas de prises de vue aériennes. 

Autre métier très technique dans le cinéma, l’ingénieur son (ou chef opérateur son). Ce professionnel travaille à la fois sur les plateaux de tournage et en post-production. Son objectif est d’enregistrer les pistes audio et d’en assurer la qualité finale. Il peut donc être amené à « nettoyer » les fichiers audios pour les débarrasser des bruitages parasites, ajouter des musiques de fond à une séquence filmée ou à définir intégralement (et conjointement avec le réalisateur) l’ambiance sonore du film. 

 

Métiers du cinéma : la production 

La production audiovisuelle génère de nombreux métiers dans le cinéma. Il s’agit généralement de postes à responsabilité dans l’organisation, le marketing la communication, et même les ressources humaines. Souvent employés au sein des grandes sociétés de production audiovisuelles, ces experts du cinéma assurent des missions essentielles au bon développement de l’industrie. 

On peut citer le directeur de production audiovisuelle, qui prend en charge les opérations techniques permettant de créer un film. Il établit le budget du projet, gère les demandes de financement (et suit la bonne réception des dossiers), recrute l’équipe des prestataires externes ou vérifie que le projet respecte les dispositions légales et réglementaires. Très cherché par l’industrie du cinéma, cet expert peut gagner jusque 4000 euros par mois après seulement quelques années d’expérience. 

L’exploitant de salle de cinéma est un professionnel central pour une industrie du divertissement florissante et attractive. Indépendant ou employé d’une grande société, il est chargé d’organiser le fonctionnement de ses salles et du personnel qui y travaille. Il organise la programmation des films et peut même négocier directement avec les distributeurs. 

Grâce au programme de préparation au BTS Métiers de l’Audiovisuel de l’ISA, les étudiants peuvent explorer tous les différents métiers du cinéma. 

La numérisation du cinéma a pour conséquence la création de nouveaux métiers digitaux : animateurs 2D/3D, graphistes ou experts de la réalité virtuelle. 

Qu’est-ce qu’une source audiovisuelle ?

Publiée le 22 septembre 2022

Dans l’audiovisuel, une source est une œuvre concrète qui peut être utilisée à des fins de documentation, d’inspiration ou d’adaptation. Il en existe dans chaque discipline du secteur : sonores, imagées, vidéo, digitales. 

 

Source audiovisuelle : appuyer un propos 

Le propre d’une source audiovisuelle, c’est non seulement d’apporter une information historiquement fiable, mais aussi de renforcer le propos du créateur. 

La valeur historique de ces supports est colossale, ces sources audiovisuelles ouvrent la porte vers un monde révolu et peuvent tordre le cou à des idées reçues fausses et dangereuses. Dans le cadre du maintien de la démocratie, les sources audiovisuelles sont un véritable outil pour lutter contre les fake news. Elles proviennent d’une époque où les fichiers audiovisuels ne pouvaient pas être modifiés et attestent encore aujourd’hui de la vérité. 

Les sources audiovisuelles sont très régulièrement utilisées par les chercheurs du secteur. Dans leurs mémoires ou leurs rapports de recherche, ils s’appuient sur des documents sourcés afin d’appuyer les faits qu’ils relatent. Pour aller plus loin, les sources audiovisuelles sont aujourd’hui très utilisées à des fins de communication et de marketing. Elles permettent d’asseoir l’historicité des grandes entreprises et de leur adjoindre une valeur patrimoniale importante. 

 

Où trouver une source audiovisuelle ? 

La BNF offre une collection colossale et très complète de sources audiovisuelles imagées qui font intégralement partie du patrimoine culturel français. Sa vocation est de rassembler les collections iconographiques historiques du monde. On y trouve donc des estampes, des photographies, etc. Depuis la loi sur le dépôt légal des œuvres audiovisuelles, l’institution est aussi habilitée à analyser les nouvelles sources entrantes dans ses collections. En offrant l’accessibilité aux œuvres qu’elle protège (notamment via son site internet), elle offre à la population de redécouvrir son patrimoine audiovisuel et sonore. 

D’autres institutions assurent une mission de conservation des sources historiques audiovisuelles : l’ECPAD (l’Établissement des communications de production audiovisuelle de la Défense), l’Institut National de l’Audiovisuel, etc. 

Les grandes entreprises de l’audiovisuel disposent elles aussi de leur propre système d’archive. On peut citer à ce titre la Gaumont Pathé Archives ou l’Associated Press Archives (qui constitue le plus grand fond des agences de presse internationales). 

Savoir rechercher, utiliser et s’appuyer sur les justes sources audiovisuelles est crucial pour les étudiants du secteur qui rendent des projets professionnels de haut niveau au cours de leurs cursus. Attention néanmoins à toujours s’assurer que l’utilisation de la source soit autorisée : œuvre tombée dans le domaine public ou obtention des droits de publication auprès des ayants droit. À l’ISA, les étudiants bénéficient d’un accompagnement et d’un enseignement de haut niveau leur offrant de correctement exploiter. Ces documents et d’en tirer toutes les connaissances nécessaires pour obtenir leur BTS Audiovisuel. 

Font désormais partie des sources audiovisuelles reconnues les sites internet, qui sont protégés par la BNF au même titre que les documents « classiques ». 

200